Ensemble, faire avancer le monde du travail...
Profil
Le Toit Citoyen
Patrick GOBERT




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Ci-dessous les 7 ouvrages de la catégorie " Experts " et les 4 ouvrages de la catégorie " Salariés " de la sélection 2016.


SÉLECTION EXPERTS 2016 - 7 OUVRAGES RETENUS :

1. Penser le travail pour penser l'entreprise
de Collectif (Auteur), Olivier Favereau (Sous la direction de),
Avec les contributions de : Alexandra Bidet, Jean-Marc Le Gall, Helena
Lopes, Baudouin Roger et Amélie Seignour.
Presses de l’école des mines - 180 pages

Après quatre décennies de financiarisation, l’entreprise va mal,
humainement et économiquement. Pour la redresser, il faut repartir de ce
qui constitue sa source d’énergie vitale : le travail salarié, bridé, méprisé,
mais méconnu dans son contenu concret, sa positivité intrinsèque, son
potentiel immense et, en définitive, sous-utilisé. Le chômage massif et
l’emploi précaire, qui accompagnent la financiarisation comme son ombre,
sont le fruit logique d’un type d’entreprise, prompte à discourir sur la valeurtravail,
mais ignorante de la vraie valeur du travail…
Cet ouvrage fait converger quatre regards disciplinaires : économique,
sociologique, gestionnaire et anthropologique, pour dégager la grammaire
commune de l’entreprise du XXIe siècle, celle qui nous fera sortir de la
financiarisation. Proposant la première grille de lecture interdisciplinaire du
contenu même du travail salarié, dans sa face lumineuse comme dans sa face
sombre, les auteurs montrent comment réveiller la capacité de création
collective de l’entreprise en (re)donnant du sens au travail salarié…

Olivier Favereau : après un doctorat, une agrégation d’économie et
Sciences Po, il a été administrateur à la Commission des affaires
sociales du Sénat en 1971. De 1972 à 1983, il est enseignant-chercheur.
A partir de 2005, il dirige le centre de recherche Fondement des
organisations et des régulations de l’univers marchand (Forum) de
l’université Paris X-Nanterre, associé au CNRS. Il est aujourd’hui codirecteur
du département Economique, Homme, Société au Collège
des Bernardins…

2. L’oeuvre du travail, contribution à une science nouvelle du
travail

Jean-Philippe Gillier, L’Harmattan - 178 pages

L'« oeuvre du travail » que propose Jean-Philippe Gillier nous engage à
transformer notre propre perception du travail au-delà de l'emploi. Il
développe une "science nouvelle du travail" comme voie de réconciliation
entre la parole et le travail, et d'émancipation pour que chacun fasse de son
travail une oeuvre en soi. L'ouvrage s'adresse aussi bien aux experts du travail
et de l'alternance qu'à chacun d'entre nous en quête de transformer son
travail pour se révéler à lui-même et aux autres.

Jean-Philippe Gillier : Docteur en sciences de l'éducation. Chargé de cours
aux Universités de Tours et de Nantes (en 2001).

3. Les peurs au travail
Alain Max Guénette, Sophie Le Garrec, Collectif
Octarès Editions - 247 pages

La thématique des peurs n'est pas nouvelle. Selon les époques et les
contextes socio-culturels, elles évoluent, se modifient, changent. Mais, qu'en
est-il aujourd'hui dans notre hypermodernité « hypersécularisée » ? Un
changement d'échelle d'analyse majeur s’est opéré à la fin des années 70
avec les processus de mondialisation et d'individualisation de nos sociétés.
Les peurs eschatologiques présentes jusqu'alors ont été supplantées par des
peurs centrées sur de nouvelles valeurs engendrées par cette transformation
et métamorphose sociétale : l'économie, le travail, les technologies et les
intérêts individuels immédiats. Ces référentiels « dogmatiques », culturels et
identitaires ont tracé les nouveaux sillons de nos peurs contemporaines :
peur de perdre son emploi, peur du chômage, peur de la précarité, peur de
l'incertitude, peur de l'avenir, peur de l'Autre, peur de ne pas être
performant, etc. Simultanément à ces peurs, le plus souvent combinées
entre elles et faisant système, des maux comme la fatigue, l'usure, le burnout,
le stress, le mobbing, etc., sont exprimés par nombre de salariés et sont
de plus en plus associés à certains modèles de gestion du travail récemment
implantés au sein des organisations, tant privées que publiques. Un lien de
cause à effet entre ce nouveau management, ces maux et ces peurs au
travail, peut-il être établi ?…. Psychologues, philosophes, historiens, anthropologues ou
sociologues autant de regards disciplinaires se sont joints à cet ouvrage
collectif pour réfléchir sur cette thématique.

Les directeurs de l’ouvrage : Alain Max Guénette, formé initialement à la gestion, puis à la philosophie et
aux sciences humaines et sociales, est professeur à la Haute école de gestion
Arc (HES-SO) et chercheur-associé au Centre de gestion scientifique de
l’École des Mines ParisTech. Ses travaux portent su les questions de santé au
travail et de diversité. Sophie Le Garrec, sociologue, maître d’enseignement et de recherche à
l’Université de Fribourg. Elle travaille depuis plusieurs années sur la santé au
travail, les rapports aux âges et les addictions.

Avec les contributions de : Yvan Barel et Sandrine Frémaux ; Gianfranco
Domenighetti ; Anne Flottes ; Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec ; Marc
Loriol ; Danilo Martuccelli ; Véronique Nahoum-Grappe ; Marie Pezé ;
Gwenaële Rot et François Vatin ; Franz Schultheis ; Viviane Seigneur ; Olivier
Voirol.

4. L’institution du travail – Droit et salariat dans l’histoire
Claude Didry, La Dispute - 248 pages

Le droit du travail est sous le feu de critiques – il serait archaïque, trop
protecteur, trop compliqué… – justifiant une véritable hystérie réformatrice.
Mais d’où vient cette institution aujourd’hui si décriée par certains ?
Claude Didry, chercheur en sociologie, rend compte ici des dynamiques
historiques du droit et du travail, telles qu’elles se déploient de la Révolution
française jusqu’à nos jours. Cette analyse permet de prendre la pleine
mesure de la rupture que représente l’adoption d’un code du travail dans la
France de la Belle Époque. Elle permet de saisir le contrat de travail comme
la base des coopérations durables et innovantes entre ouvriers, ingénieurs et
techniciens, dont sortiront tout à la fois les industries et les grandes luttes
sociales du XXe siècle…. On comprend dès lors que la remise en cause de ce
droit ne peut qu’accentuer les dérives d’un capitalisme financier qui
déstabilise les entreprises, en portant atteinte, dans sa substance même, au
travail…

Claude Didry est spécialiste de l’histoire du droit du travail et de la sociologie
des relations professionnelles. Il a publié "Naissance de la convention
collective. Débats juridiques et luttes sociales en France au début du XXe
siècle", aux éditions de l’EHESS, en 2002 ; avec Annette Jobert, il a dirigé
"L’Entreprise en restructuration. Dynamiques institutionnelles et
mobilisations collectives", aux Presses universitaires de Rennes, en 2010. Il
contribue à de nombreuses revues en France et à l’international et est
directeur de la revue "L’Homme et la Société", depuis 2009.

5. Rendre justice au travail
Matthieu de Nanteuil, PUF – 320 pages

Le travail est le grand oublié des théories de la justice sociale. Or, s’il y a bien
un lieu où nous faisons l’expérience de l’injustice, c’est le travail. Comment
en sommes-nous arrivés là ? Ce livre mène l’enquête et ouvre des
perspectives. Après avoir reconstruit une histoire du rapport entre travail et
valeurs, pointé les risques d’une simple « moralisation du capitalisme », il
propose d’identifier quatre modèles de justice : éthique de la discussion,
éthique du compromis, éthique du développement, éthique de la
reconnaissance….
Ce livre s’adresse à tous ceux qui voient dans le travail un lieu essentiel de
formation du rapport aux autres et à soi, tous ceux qui, pour cette raison
même, entendent relever le défi d’un travail plus juste.

Matthieu de Nanteuil : docteur en sociologie (Sciences Po Paris, 1999) et
licencié en philosophie (ParisX-Nanterre, 1991), membre du Centre de
recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité (CriDIS).
Formé en sociologie par Renaud Sainsaulieu et son équipe, il suit, à Nanterre,
les cours de Georges Labica sur la philosophie de Marx et s’initie, au Centre
Sèvres, à la phénoménologie française (Merleau-Ponty, Lévinas, Ricoeur).
Après 7 ans dans l’observation du monde du travail, en France (ANACT) et en
Europe (Fondation de Dublin), il rejoint l’Université de Louvain en 2001.
Directeur du Centre de recherches Démocratie, Institutions, Subjectivité
(CriDIS) de 2011 à 2015, il est, depuis 2015, président de l’Institut d’Analyse
du Changement dans l’Histoire et les Sociétés Contemporaines (IACCHOS).

6. Les jeunes et le monde du travail : Emploi et vie en entreprise
Gérard Regnault, Editions de L’Harmattan - 218 pages
Au moment où près d'un 1 Français/4 se trouve au chômage et où certains
recherchent encore un emploi plus d’1 an après la fin de leurs études,
l'examen des divers aspects permettant de comprendre cette situation et son
contexte est important. Cette étude socioéconomique très documentée
centre ses réflexions sur les valeurs des jeunes, le regard qu'ils portent sur le
monde du travail, et sur le regard porté par les cadres et les dirigeants
d'entreprises sur les jeunes.

Gérard Regnault a 25 ans d’expérience comme consultant d’entreprises et
formateur après l’exercice de fonctions d’encadrement dans plusieurs sociétés...

7. L’Homme inutile
Pierre-Noël Giraud, Odile Jacob - 401 pages

Les « damnés de la terre » aujourd’hui sont les hommes inutiles : non pas
ceux qui sont surexploités et dont la force de travail est sous-payée, mais
ceux qui ne trouvent pas à l’employer ou si peu, ceux qui – chômeurs,
travailleurs précaires, paysans sans terre – sont réduits à survivre de
l’assistance publique ou familiale et n’ont aucun moyen d’améliorer leur sort.
L’inutilité, dénonce Pierre-Noël Giraud, est la pire forme des inégalités, car
elle enferme dans des trappes dont il devient impossible de sortir. En
comprendre les mécanismes et proposer des politiques économiques
permettant de l’éradiquer, tel est le propos de cet ouvrage. Pierre-Noël
Giraud ouvre la boîte noire de l’économie, exposant sa méthode, ses
objectifs et ses outils. De là un certain nombre d’interrogations, décisives
pour les trente années à venir : Malthus est-il redevenu pertinent pour
définir notre rapport à la nature ? En quoi les différentes globalisations –
numérique, des firmes, financière – conduisent-elles à engendrer de
l’inutilité ? Et comment faire revenir sur notre sol les emplois « nomades »,
or noir du XXIe siècle ? Exigeant et ambitieux, ce livre entend montrer qu’il
y a moyen de faire un « bon usage de l’économie ».

Pierre-Noël Giraud est professeur d’économie à Mines ParisTech et à
Dauphine, PSL-Research University. Il est l’auteur de L’Inégalité du monde, Le
Commerce des promesses et de L’industrie française décroche-t-elle ?


SÉLECTION SALARIÉS 2016 : 4 OUVRAGES RETENUS


1. Confidence d’une coiffeuse, les coulisses d’un salon de coiffure
Christine Rosana - Éditions Kawa - 126 pages

Au début, il y a les clientes fidèles, heureuses et confiantes de venir retrouver
leur coiffeur qui connait son affaire et prend soin d'elles. C'est une époque
paisible où les néandertaliens du service, rompus à la tâche avec les moyens
d'alors, subliment la beauté de ces dames, douces agnelles qui ne réclament
que cela. Puis tout se précipite, les temps changent, et sous l'emprise d'experts
obsédés de rentabilité, les brebis se transforment en louves. Nous assistons
alors à la naissance d'un être dépourvu d'humanité, créé de toutes pièces,
focalisé sur son image et à qui tout est dû : le client roi est devenu le client
dieu. Un dieu consommateur qui n'hésite plus à affronter son coiffeur. Quelle
boutique est mieux appropriée qu'un salon de coiffure pour effectuer une
analyse du service client dans les coulisses ? Qui est mieux placée qu'une
coiffeuse pour écouter les secrets de son client et lui susurrer au creux de
l'oreille les musiques douces qu'il aime entendre afin qu'il paye sans compter ?
Ainsi, le salon de coiffure se transforme en univers du paraître, délicieusement
versatile et superficiel, doté d’un pouvoir de séduction redoutable et
extraordinaire sur les femmes et les hommes.

Après plus de 20 ans de bons et loyaux services, l'auteure en musardant avec
délice derrière les bigoudis s'offre une douce revanche, en entrebâillant pour
vous les coulisses de la coiffure.


2. Papa ! Pourquoi tu dors encore à l’hôpital - Chroniques d’un jeune urgentiste
Mathieu Doukhan, Éditions de l’Opportun - 344 pages

Jeune médecin-urgentiste, le docteur Mathieu Doukhan livre ici un témoignage
sans concession sur sa vie quotidienne aux urgences. Joies, peines, amertumes,
petits miracles... rien ne lui est épargné ! Avec finesse, émotion et humour, le
docteur Mathieu Doukhan nous fait entrer dans l’intimité d’une profession
exceptionnelle aux difficultés réelles. Sans langue de bois, ses chroniques en
disent long sur la difficulté à exercer pleinement sa vocation.
Ce jeune papa nous entraîne dans un monde parfois abrupt, où des patients
improbables croisent des médecins parfois déconcertants. Un univers où les
situations ubuesques sont le pain quotidien, où les méandres du système
peuvent surprendre, mais surtout, avant tout, un monde plein d’humanité.
Ces chroniques donnent toute la mesure des difficultés que ces médecins pas
comme les autres doivent surmonter et de la nécessaire puissance de leur
vocation si souvent malmenée.
Mathieu Doukhan raconte les urgences et se raconte : espoirs, désillusions,
amour du métier, adversités improbables... il nous fait visiter ses urgences sans
fausse pudeur et ne nous laisse pas indemne. Son témoignage est précieux,
rare, indispensable !

Mathieu Doukhan a 34 ans et habite Lille. Il exerce depuis plus de cinq ans en
tant que médecin urgentiste à Tourcoing, qui accueille l’un des plus gros
services d’urgence de France.


3. A l’abattoir
Par Stéphane Geffroy, Seuil - 84 pages

Stéphane travaille depuis 25 ans sur la chaîne d’abattage d’un grand groupe
agro-alimentaire de l’Ouest de la France. Il est « tueur », un emploi qui en a
détourné plus d’un, car il expose directement à la mort des bêtes en même
temps qu’il casse les hommes.
Un des plus anciens de son usine, Stéphane a vu sa vie professionnelle prendre
un nouveau départ grâce à son engagement syndical dans un milieu qui y était
initialement hostile. L’expérience de juré a également été transformatrice pour
le regard qu’il porte sur son itinéraire professionnel et, plus généralement, sur
lui-même.


4. Le dernier salaire
Le cri de colère d’une femme confrontée au chômage et à la précarité
Margaux Gilquin, XO Éditions - 221 pages

Margaux a 48 ans lorsqu’elle perd son emploi. Elle a pourtant tout fait, dans sa
vie, pour obtenir une belle situation, passant son bac à plus de trente ans. Tout
le monde lui dit qu’elle n’aura aucun mal à retrouver un contrat à durée
indéterminée. Mais c’est un voyage éprouvant qui commence…
Elle affronte l’arrogance de jeunes DRH, se perd dans les rendez-vous de Pôle
emploi, accepte tout ce qui se présente, tracte son CV dans les aéroports, joue
les démonstratrices dans des supermarchés, se démenant pour garder la tête
haute et l’estime d’elle-même.
Alternant humour corrosif, tristesse et colère, Margaux se bat pour ne pas
recevoir un jour son « dernier salaire », terme élégant par lequel elle désigne
ses dernières allocations chômage. Et puis, un matin…
En France, les femmes de plus de 50 ans subissent de plein fouet la crise de
l’emploi. Sans travail, sans reconnaissance, avec moins de 500 euros par
mois, elles vivent avec la peur permanente de terminer leur existence dans la
rue.

Rédigé par Le Toit Citoyen le Jeudi 22 Décembre 2016 à 19:26 | Commentaires (0)


Pour la 5ième édition du Prix, les 5 livres sélectionnés pour la catégorie " Ouvrage écrit par un Salarié ", sont :

La porte !, d'Anne Sari, paru aux éditions Michalon, le 3 octobre 2013.

Alors voilà, de Baptiste Beaulieu, paru aux éditions Fayard, le 9 octobre 2013.

Le salaire de la vie, de Ghislaine Tormos, paru aux éditions Don Quichotte, le 16 janvier 2014.

Serial Social, d'Elise Viviand, paru aux éditions des Liens qui Libèrent, le 2 avril 2014.

Jours de collège, de Sophie Delcourt et Louise Cunéo, paru aux éditions Bartillat, le 21 août 2014.



Les 6 livres sélectionnés pour la catégorie " Ouvrage écrit par un Expert ", sont :

Le salarié musulman en France, de Fatima Achouri, paru aux éditions Michalon, le 10 octobre 2013.

Sans bureau fixe, de Bruno Marzloff, paru aux éditions FYP, le 1er novembre 2013.

Un quart en moins, de Rachel Silvera, paru aux éditions La Découverte, le 6 mars 2014.

Le silence des cadres, de Denis Monneuse, paru aux éditions Vuibert, le 21 mars 2014.

Sociologie du conflit en entreprise, de Christian Thuderoz, paru au PUR, le 21 juin 2014.

Au coeur des prud'hommes, de Véronique Brocard, paru aux éditions Stock, le 8 octobre 2014.



Rédigé par Le Toit Citoyen le Jeudi 6 Novembre 2014 à 17:45 | Commentaires (0)


La catégorie "Salariés"
La catégorie "Salariés" désigne le Meilleur ouvrage rédigé par un salarié ou un représentant des salariés.

Le jury de cette catégorie est composé d’élus de CE, adhérents du Toit Citoyen :

- Anne-Marie BASQUE du CE Monier (anciennement Lafarge Couverture)
- Philippe BESSON du CE Sodexo Santé
- Laurence CIANFARRA du CE Derichebourg
- Sylvie GOBIN du CE IB Cegps
- Patrick GUILBAULT du CE Sodexo Solutions de Motivation France
- Jean-Claude RAMEAU du CE EDF
- Sonia SCHAEFFER du CE Covance
- Jean-Michel SOCRIER du CE Aster
- Nathalie WEREMINSKI du CE Laboratoire EISAI

Ils seront chargés de récompenser un ouvrage parmi la sélection suivante :


- « Vous êtes trop qualifiée pour le poste... », Martine Le Gall, Albin Michel (7 avril 2010) ;

- Confessions d'une taupe à Pôle Emploi, Gaël Guiselin et Aude Rossigneux, Calmann-Lévy (10 mars 2010) ;

- Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire - Comment faire les 35 heures en... un mois !, Zoé Shepard, Albin Michel (3 mars 2010) ;

- Omerta dans la police, Sihem Souid et Jean-Marie Montali, Le Cherche Midi (8 octobre 2010) ;

- Ils ont failli me tuer de Vincent Talaouit avec Bernard Nicolas, Flammarion (septembre 2010).

Rédigé par Le Toit Citoyen le Samedi 1 Janvier 2011 à 17:13 | Commentaires (0)


La catégorie "Experts"
La catégorie "Experts" désigne le Meilleur ouvrage rédigé par un professionnel (expert, sociologue, psychologue, médecin du travail...) un journaliste, ou une personnalité politique.


Président du Jury :
- Jean Auroux, ancien Ministre du Travail et auteur des lois éponymes

Membres du Jury :
- Pierre-Louis Basse, journaliste (Europe 1) et écrivain...
- Ciruela Barreto, rédactrice en chef du magazine Social CE.
- Yazid Chir, chef d’entreprise, président de l’association « Nos Quartiers ont des Talents » et membre de la HALDE.
- Bernard-Pierre Donnadieu, acteur.
- Elsa Fayner, journaliste et animatrice du blog « Et voilà le travail ».
- Olivier Khatchikian, avocat en droit du travail.
- Anna Notarianni, directrice générale de Sodexo Solutions de Motivation France
- Marie Pezé, psychanalyste, créatrice de la 1ère consultation sur la souffrance au travail.
- Bernard Vivier, directeur de l’Institut Supérieur du Travail.

Les ouvrages sélectionnés pour la catégorie experts sont :

- Le quai de Ouistreham, Florence Aubenas, Editions de l'Olivier (4 février 2010) ;

- Travail au bord de la crise de nerfs, Anne Hidalgo et Jean-Bernard Senon, Flammarion (20 octobre 2010) ;

- Orange : le déchirement : France Télécom ou La dérive du management, Bruno Diehl, Gérard Doublet et Dominique Dumand, Editions Gallimard (25 mai 2010) ;

- Le travail à cœur : pour en finir avec les risques psychosociaux, Yves Clot, Editions La Découverte (20 mai 2010) ;

- Travailler mieux pour vivre plus : comment concilier vie professionnelle et vie familiale, Jérôme Ballarin, Nouveaux Débats Publics.

Rédigé par Le Toit Citoyen le Samedi 1 Janvier 2011 à 17:11 | Commentaires (0)


1 2