L’ESS représente :

 
10,3 % de l’emploi français
13,9 % de l’emploi privé
2,34 millions de salariés
222 900 établissements employeurs
56,4 milliards d’euros de rémunérations brutes versées.

Entre 11 et 16 millions de Français sont bénévoles dans des associations :
plus d’1 Français sur 4 adhère à une association.
19 millions adhèrent à une mutuelle.
21,1 millions sont sociétaires d’une mutuelle d’assurance.
22 millions sont sociétaires d’une banque coopérative.

Ces emplois sont  répartis entre
les associations (78,6 %),
les coopératives (13,1 %),
les mutuelles (5,4 %)
et les  fondations (2,9 %).

Les 222 900 établissements de l’ESS sont les premiers employeurs du secteur social (63 % des emplois du secteur), du sport et des loisirs (56 %), et deuxièmes employeurs pour les secteurs des activités financières, bancaires et des assurances (30 %), de la culture (29 %) et de l’enseignement (19 %).

608 000 postes seront libérés par les départs en retraite d’ici 2020. 67 % des salariés sont des femmes, contre 60 % dans le secteur public ou dans le reste de l’économie privée (40 %).

Source : panorama 2012 de l’ESS du CNCRES

Rédigé par Le Toit Citoyen le Lundi 14 Avril 2014 à 11:10 | Commentaires (0)
1830
Le terme d’économie sociale apparaît pour la première fois lorsque Charles Dunoyer publie
le Nouveau traité d’économie sociale.

1844
Société des équitables pionniers de Rochdale fondée par 30 ouvriers à Manchester. 1ère coopérative établissant les grands principes coopératifs : égalité, liberté, justice, équité.

1885
Création de la 1ère fédération française des coopératives de consommation.

1893
Création de la banque des associations ouvrières, devenue plus tard le Crédit Coopératif,
une des premières banques coopératives.

1898
Charte de la mutualité, libéralisant la création des mutuelles.

1900
L’Exposition Universelle accueille un pavillon de l’économie sociale.

1901
Loi de 1901 : les associations peuvent se constituer librement, sans autorisation préalable.
 
1902
Création de la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF).
 
1912
Réunification du mouvement coopératif français sous l’impulsion de Charles Gide et de Jean Jaurès.
 
1934
Création de la première mutuelle d’assurance : Maif (Mutuelle d’assurance des instituteurs de France).
 
1947
Loi « portant statut de la coopération ». Cadre législatif de référence pour toutes les coopératives.
 
1975
Début des expérimentations autour de l’insertion par l’activité économique en réponse aux situations d’exclusion sociale.
 
1980
Publication de la Charte de l’économie sociale, révisée en 1995.

2000
Création d’un Secrétariat d’État à l’Économie Solidaire. Nouvelle étape de la reconnaissance de
cette économie alternative.

2001
Création du Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l’économie sociale (CEGES), pour défendre l’économie sociale aussi bien au niveau régional et national qu’européen.

2002
Création de la Société coopérative d’intérêt collectif (Scic).

2004
Création du Conseil National des Chambres Régionales de l’Économie Sociale (CNCRES).

2012
Benoît Hamon est nommé ministre chargé du secteur de l’ESS.

Sources : CRESS de Pays de la Loire, Bretagne et Bourgogne.

 

Rédigé par Le Toit Citoyen le Vendredi 11 Avril 2014 à 11:06 | Commentaires (0)

L’Économie Sociale et Solidaire rassemble des milliers de structures qui ont choisi de penser et d’organiser l’économie, et donc le travail, d’une manière différente. Ces entreprises et organisations qui donnent à leurs employés, leurs sociétaires, leurs adhérents ou encore leurs bénévoles la possibilité de se regrouper autour d’un projet et de valeurs fortes tentent de dessiner un nouvel horizon pour notre avenir commun.


Cependant, comme le souligne une étude du Conseil National des Chambres Régionales de l’ESS, « les Français qui adhèrent à une organisation ou entreprise de l’ESS l’ignorent parfois et n’exercent pas systématiquement les droits et les devoirs que leur octroie leur qualité d’adhérent au sein de leur association, coopérative ou mutuelle.

Or il s’agit d’un enjeu central pour que le projet de l’organisation soit en adéquation avec les besoins de ses membres ». L’ESS a donc besoin d’être expliquée, connue et reconnue. De nombreux ouvrages sont publiés chaque année et questionnent cette économie alternative.
 
Le Toit Citoyen, Club des Elus de CE Citoyens, réseau d’entraide et de réflexion autour du monde du travail, souhaite contribuer au rayonnement de l’ESS. C’est pourquoi il lance cette année la première édition de son prix littéraire sur l’économie sociale et solidaire. Fort de son expérience avec le Prix du Meilleur Ouvrage sur le Monde du Travail, le Toit Citoyen se propose ainsi de sélectionner des ouvrages écrits par des experts ou des citoyens sur toutes les thématiques touchant à l’ESS. Au delà de la promotion de l’ESS et de ses acteurs, il s’agit également de participer à un débat public sur l’économie et la réussite de modèles de développement alternatif. Faire parler de cette économie, jouer le rôle de levier de communication pour stimuler « l’entreprendre autrement », c’est l’objectif que s’est donné le Club à travers le lancement de son nouveau prix.

Rédigé par Le Toit Citoyen le Lundi 7 Avril 2014 à 11:04 | Commentaires (0)
1 ... « 37 38 39 40 41
Profil
Le Toit Citoyen
Patrick GOBERT


Recherche



Galerie


Partager ce site